Le mois dernier, j’ai fait valoir que, lorsque nous pensons en termes marxistes aux contradictions du capitalisme, la contradiction la plus frappante et la plus importante de toutes est que faire acheter et vendre les biens pour garder la machine capitaliste en marche, nous détruisons la planète dont nous dépendons pour survivre.

Ce n’est pas seulement que nous utilisons des ressources rares et non renouvelables, que nous polluons notre planète à la fois grande et petite, c’est aussi que nous semblons, selon les experts, générer des changements climatiques qui auront des implications à court, moyen et long terme sur la façon dont et même où nous pouvons vivre. Nous pouvons nous attendre à de grandes vagues de migration humaine dans de nombreuses régions du monde alors qu’un grand nombre de personnes quittent des lieux qui sont devenus inhabitables à la recherche de nouveaux foyers. On peut soutenir que ces migrations ont déjà commencé.

Illustration schématique de l’interconnexion des thèmes du chapitre 4, y comprisfacteurs de l’élévation du niveau de la mer (SLR) et des dangers (extrêmes) du niveau de la mer, de l’exposition, de la vulnérabilité, des impacts et des risques liés aux SLR, ainsi que des réponses, des défis et des pratiques connexes en matière de gouvernance et des outils permettant de faire des choix sociaux et de relever les défis de gouvernance (Source : Rapport spécial sur l’océan et la cryosphère en a Changements climatiques, GIEC). Cliquez pour agrandir.

Étant donné les conséquences désastreuses du changement climatique et les preuves de plus en plus nombreuses présentées par les scientifiques qui étudient les tendances climatiques, il est étrange que tant de gens soient prêts à dire qu’ils doutent de la science, qu’ils se méfient des motivations des climatologues et qu’ils ne se contentent pas de faire face à la problème. Comme l’a dit Rex Murphy (ou T-Rex Murphy, comme le magazine Frank l’appelle si amusamment et à juste titre) au sujet d’une proposition du gouvernement libéral :

L’ église Trudeau-McKenna des écologistes des derniers jours a un plan pour réduire les « émissions de carbone » du Canada, comme on les appelle… Ils ne sont pasen imposant un prix à la pollution, en imposant une taxe sur tous les combustibles énergétiques. Le CO2 n’est pas un polluant — demandez à une usine. Demandez à un arbre. Demandez à un être humain pendant une expiration. Les eaux usées sont un polluant. Ça provoque des maladies. Le CO2 est une partie de l’atmosphère de notre planète produite par la nature, qui donne la vie et améliore la vie.

J’ admets que j’ai trouvé très facile de rejeter Rex Murphy et d’autres de son entourage, qui font des arguments passionnés contre toutes les mesures proposées pour réduire la vitesse du changement climatique, et qui expriment souvent des doutes sur la validité de la science et les motivations de ceux qui présenter, comme, en effet, les dinosaures ignorants : T-Rex semble un surnom approprié en effet !

Cependant, j’ai récemment assisté à une thèse de maîtrise présentée par un de mes anciens étudiants, une jeune femme nommée Caitlin Heppner. La défense de Caitlin était fascinante, et ses arguments m’ont amené à repenser ma réponse instinctive aux soi-disant « négateurs du changement climatique » ou « climat »les sceptiques du changement », et de penser différemment à la façon dont nous pourrions discuter avec eux. Caitlin m’a très aimablement fait part de sa thèse et m’a donné la permission de partager ses pensées avec les lecteurs du Cape Breton Spectator. Dans la chronique de ce mois-ci, je veux explorer les raisons du scepticisme sur le changement climatique. (Le mois prochain, je me pencherai sur la raison pour laquelle beaucoup d’entre nous, même si nous croyons à la science et faisons confiance aux scientifiques et à leurs prédictions, vivons comme si nous ne le faisions pas — et ce que nous pourrions faire à ce sujet.)

Comme Caitlin est philosophe, ce qui l’intéressait le plus, ce sont les défis épistémiques auxquels sont confrontés ceux d’entre nous qui ne sont pas nous-mêmes scientifiques du climat alors que nous essayons de donner un sens à l’information sur le changement climatique que ces scientifiques nous présentent. Elle a également exploré la question de savoir pourquoi ceux que nous pourrions appeler les « négateurs du changement climatique » ou les « sceptiques du changement climatique » sont si réticents à croire les preuves scientifiques et si prompts à remettre en question les motifs de lales scientifiques qui nous le présentent. Alors que Caitlin (et moi, et je suis sûr que la plupart des lecteurs de cette chronique) font confiance à la fois aux preuves et à ceux qui la diffusent, ceux qui ne sont pas si convaincus et pas si confiant ont réellement de bonnes raisons de scepticisme quant à la science et de bonnes raisons de se méfier des experts.

Illustration schématique de l’interconnexion des thèmes du chapitre 4, y compris les facteurs d’élévation du niveau de la mer (SLR) et les dangers (extrêmes) du niveau de la mer, l’exposition, la vulnérabilité, les impacts et les risques liés aux SLR, et les réponses, les défis associés à la gouvernance et pratiques et outils permettant de faire des choix sociaux et de relever les défis de la gouvernance (Source : Rapport spécial sur l’océan et la cryosphère dans un changement climatique, GIEC). Cliquez pour agrandir.

En identifiant ces motifs, Caitlin espère (et j’espère, comme je les examine rapidement dans cette rubrique) que nous pourrions ouvrir de nouvelles voies pour le dialogue entre les « croyants » et« sceptiques » : T-Rex Murphy ne changera probablement jamais d’avis, mais d’autres sceptiques du changement climatique pourraient, si nous les traitons non pas comme des idiots, mais comme, au moins dans certains cas, des individus réfléchis qui ont tiré des conclusions différentes que nous. Comme Caitlin le dit :

Il y a quelque chose dans le mot denier que j’ai pensé comme un mot militarisé. C’est polémique…

Au lieu de cela, elle préfère utiliser le terme « sceptique ». Caitlin affirme qu’elle croit que le changement climatique se produit :

… parce que je crois que les scientifiques me disent la vérité et sont capables de la connaître. C’est-à-dire, je crois leur témoignage.

Et je dirais que la même chose est vraie pour moi : je n’ai aucun moyen de faire la science moi-même, ni même d’évaluer scientifiquement les affirmations que les scientifiques me présentent, donc j’ai choisi moi aussi de faire confiance à leurs affirmations sur ce que signifient les preuves et leurs motivations. Bref, moi aussi,faites confiance à leur témoignage.

C’ est ici que nous pouvons commencer à donner un sens aux positions d’au moins quelques-uns de ceux qui sont sceptiques sur le changement climatique : ils doutent soit des affirmations scientifiques, soit des motivations de ceux qui les font, soit des deux. Ils ne croient pas, c’est-à-dire, leur témoignage. Et pourquoi pas ? Bien que les motifs de scepticisme soient divers, Caitlin identifie les éléments suivants comme étant centraux.

Tout d’

abord, certains sceptiques du changement climatique se méfient des scientifiques du climat et doutent donc des affirmations qu’ils font : ils soulignent que l’argent des subventions et d’autres fonds pourraient être un facteur motivant dans leurs prévisions les plus alarmistes. Deuxièmement, la plupart des sceptiques (comme le reste d’entre nous) n’ont aucun moyen de juger la science par eux-mêmes, et au lieu de choisir de faire confiance au témoignage des scientifiques comme ceux d’entre nous qui ne sont pas sceptiques ont choisi de le faire, ils ont plutôt choisi de ne pas faire confiance à ce témoignage. Troisièmement, il n’est pas toujours clair qui compte en tant qu’expert,et, par conséquent, dont les vues devraient être dignes de confiance.

Exemples de vagues de chaleur marines récentes (MHW) et de leurs impacts observés. a) Exemples de MHW documentés au cours des deux dernières décennies et leurs incidences sur les systèmes naturels, physiques et socioéconomiques. (Source : Rapport spécial sur l’océan et la cryosphère dans un climat changeant, GIEC). Cliquez pour agrandir.

Enfin, de nombreux sceptiques n’aiment pas la façon dont la science a été politisée, ou la façon dont le fossé entre la croyance et le scepticisme a été utilisé pour diaboliser certaines personnes et en applaudir moralement d’autres. Il y a, en effet, une dimension quasi religieuse à la langue souvent utilisée pour caractériser cette fracture, les justes et les sauvés tombant d’un côté, le mal et les damnés tombant de l’autre — et ces jugements, bien sûr, sont normatifs (portant sur les jugements de bien et de mal, de bien et de mal), plutôt que scientifique (préoccupé par les faits qui peuventêtre découvert par l’application de la méthode scientifique). En tant que théoricien, Roger A. Pielke Jr., que Caitlin cite, les scientifiques ont eux-mêmes contribué à une montée du scepticisme parce qu’ils ont permis aux débats scientifiques de devenir politiques :

Dans de nombreux cas, la science, en particulier la science de l’environnement, n’est devenue qu’un mécanisme de commercialisation de programmes politiques concurrents, et les scientifiques sont devenus des membres de premier plan des campagnes publicitaires.

Ce que j’ai vraiment aimé dans la thèse de Caitlin, c’est non seulement qu’elle m’a offert une nouvelle façon de penser pourquoi certaines personnes sont sceptiques à propos des affirmations que je crois vraies, mais que son analyse nous offre une voie à suivre, une voie pour les croyants au changement climatique et les sceptiques au changement climatique de se parler entre eux. Même les croyants comme moi peuvent reconnaître que la politisation de la science par les scientifiques n’est pas une bonne chose, car elle conduit à la méfiance dans les affirmations que font les scientifiques du climat ; même les sceptiquespeut reconnaître que la science non politisée nous offre des informations valables sur le monde dans lequel nous vivons.

Cela signifie que les climatologues doivent prendre au sérieux la possibilité que leur participation à la politisation de ce qu’ils font ait fait plus de mal que de bien, et qu’ils doivent rétablir la confiance dans la validité de la science — et en eux-mêmes, en tant que personnes qui possèdent une expertise que la plupart des nous manquent. Comme Caitlin le dit succinctement,

Pour mener une action efficace contre les changements climatiques, le public doit croire que les scientifiques ne tentent pas de les tromper.

Rachel Haliburton , originaire de Wolfville, enseigne la philosophie à l’Université de Sudbury. Son dernier livre, The Ethical Detective : Moral Philosophy and Detective Fiction, a été publié en février par LexingtonBooks.

Lire la suite sur breizhpower.fr

Le climat breton